Des astuces pour « agir » devant un tribunal.

On sait qu'une image vaut mille mots, il y a donc quelque chose qu'il faut toujours garder à l'esprit au tribunal... Il faut entrer par les yeux. Voici quelques conseils qui, à mon avis, favoriseront les moments devant le court.

  • La attitude de sécurité et de confiance en soi, cela donne une plus grande crédibilité à ce qui est dit (même si peut-être vous ne le croyez peut-être pas vous-même...) Pensez que ce que vous dites est une vérité absolue.
  • Il y a éviter de « porter » des slogans politiques ou très provocateur parce que vous pourriez tomber sur quelqu'un d'autre assis devant vous au tribunal. Quand tu auras ta place, tu porteras ce que tu veux pour nous provoquer tous...
  • Mais s'habiller normalement, c'est-à-dire comme toujours. Il n'est pas nécessaire de porter un costume ou un frac, et vous n'avez pas besoin de devenir gris et silencieux pour passer inaperçu... Soyez vous-même. Il y aura quelque chose chez vous qui attirera peut-être davantage l'attention du tribunal qui est déjà à moitié endormi pour voir et entendre la même chose tout le temps.
  • Contrôler les nerfs c'est très important. Avec les nerfs, une simple lecture peut devenir chaotique et exaspérante. Vous pouvez laisser tomber vos papiers et ne pas savoir où vous alliez lorsque vous reprenez la lecture, votre voix peut disparaître et ne pas pouvoir continuer, vous pouvez ressentir le tremblement des jambes typique des moments de tension et tout le tribunal sera plus conscient de votre danse ce que tu dis... Il faut éviter ces mauvais coups de nerfs en tout cas. Endormez-vous profondément, Valeriana si nécessaire, pensez pendant la lecture ou l'exposition que vous lisez à votre famille dans un essai... Faites tout ce que vous savez qui vous détendra. Mais prenez-le au sérieux, c'est peut-être la partie la plus importante pour que tout se passe bien.

Plus de suggestions sont acceptées, comme toujours. J'espère que ces conseils vous aideront.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

2 commentaires, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   eva dit

    Et si vous avez proposé un sujet que vous n'aviez pas étudié et que vous l'avez inventé en prenant d'autres sujets… que faites-vous lorsque vous l'exposez ? Vas-tu ou pas
    Cela m'est arrivé et je suis très déçu... car je sais que j'en ai déjà zéro. mais ça me met en colère, parce que j'ai la programmation bien préparée et le matériel et tout et tout... et je ne sais pas quoi faire, parce que je vais me ridiculiser devant le court et au dessus de cela, je dois lire le 4ème. (et si vous me demandez quelque chose j'ai écrit bufffff)

  2.   cendres anishali dit

    La vérité est que l'image vaut mille mots. Quand vous allez au tribunal où la personne est accusée de quelque chose qui devrait être bien habillé, pas de la mode chic, mais quelque chose de classique. Montrer qu'on n'est pas exagéré et qu'on ne s'habille pas à la mode adolescente. Aussi, s'il est important de rester calme, utilisez peut-être la respiration et si vous pouvez prendre des pilules pour vous détendre. Dites toujours la vérité d'une manière qui vous permet de vous exprimer naturellement et d'avoir une bonne posture. Avoir une haute estime de soi et essayer de se sentir en sécurité et fier de qui nous sommes et ne pas avoir peur et bien traiter les plaignants et dire bonjour et être courtois envers tout le monde, même envers le juge. Essayez d'utiliser un ton ni bas ni haut mais insistez sur certains mots pour que nous soyons crédibles. Regardez toujours la tête haute vers les autres sans intimider. Et essayez de vous voir comme un ami qui veut résoudre la situation. De plus, écrivez tout ce que vous voulez dire pour ne pas oublier, prenez un cahier pour vos notes et celles que vous avez, répondez au plaignant et croyez en vous.Utilisez une vocalisation adéquate pour que vous soyez compris dans le procès. Demandez au juge la permission de se retirer ou de demander à quelqu'un en particulier. etc. avec commande. Chaque fois que vous parlez, dites-le avec des détails, par exemple : lieu, position, heure et mots prononcés. Vous pouvez vous entendre avec les mots QU'EST-CE QUI EST ARRIVÉ, O EST-IL ARRIVÉ, COMMENT C'EST ARRIVÉ, QUAND C'EST ARRIVÉ, ETC. Pour témoigner, vous pouvez en remettre des copies au juge par l'intermédiaire de l'huissier. Et si vous avez des doutes, allez au tribunal et observez d'autres cas pour savoir comment parler et à quel tour c'est à votre tour de parler et d'objecter (refuter).